Spiritualité, les pieds sur terre

Es-tu spirituel.le ? Aspires-tu à l’être ? Penses-tu qu’il existe un modèle de spiritualité sur lequel on devrait tous calquer ? Tellement de questions qui méritent réflexion. 

La spiritualité se décline en plusieurs pratiques. Elle amène essentiellement à se connecter à la source et à ne faire qu’un avec l’énergie créatrice. 

Comment peut-on donc être pleinement spirituel tout en vivant le mieux les réalités physiques ? Comment faire le pont et avoir une vie normale ? Comment vivre sa spiritualité de la meilleure des façons ? Je te donne des pistes à travers les lignes suivantes.

Qu’est-ce que la spiritualité ?

On aborde très souvent la question spirituelle sans forcément prendre soin de définir la notion. Or il est important de connaître ce à quoi on s’intéresse afin d’en faire le meilleur usage.

La spiritualité, une notion multiple

Selon moi, il serait difficile de définir la spiritualité selon une compréhension unique. Elle va au-delà de tout et se fond dans tellement de réalité qu’on pourrait tenter de la résumer en le simple fait de vivre.

La spiritualité, une réalité matérielle ?

Nombreux sont ceux qui disent que la spiritualité relève du domaine de l’invisible. Ils n’ont pas tout à tort, mais ils sont loin d’avoir totalement raison. Bien évidemment, la spiritualité relève de l’Esprit et il va de soi que l’on pense directement au monde invisible, car l’Esprit n’est pas palpable. Toutefois, il faudrait savoir que nous sommes sur terre en temps qu’être spirituel à la recherche d’un accomplissement matériel. Penser qu’on pourrait donc dissocier ces deux choses est une énorme erreur.

La spiritualité, une quête intérieure ?

La voie spirituelle est avant tout un cheminement intérieur. Il est clairement impossible de s’avancer sur le chemin de l’Esprit si on n’apprend pas à faire de la place à son être intérieur. La spiritualité est donc un cheminement silencieux de soi vers soi.

La spiritualité, un ressenti

La spiritualité, c’est aussi la façon dont nous nous autorisons à ressentir les choses. La spiritualité nous mène hors des choses physiques et accentue notre part subtile. Elle nous apprend le lâcher-prise, l’acceptation, la connaissance de soi, le silence, etc. Grâce à la spiritualité, on fait une expérience élevée et illimitée de notre être.

Comment se pratique la spiritualité ?

Cette question est aussi simple que complexe. Peut-on ou doit-on réellement pratiquer sa spiritualité ? Est-elle une chose à pratiquer ou plutôt une chose à vivre tout simplement ?

Il existe autant de peuples que de manières de vivre et pratiquer sa spiritualité. Si certains s’adonnent à des exercices de Yoga, d’autres au Tantra, d’autres préfèrent la méditation pleine conscience ou la méditation Vipassana et d’autres encore s’adonnent à la contemplation, à la prière, etc.

La pratique en groupe

Aussi étrange que cela pourrait paraître à certains, et même si la quête spirituelle est par essence un cheminement personnel, il arrive, bien souvent, que les gens se retrouvent en communauté pour pratiquer ensemble. On retrouve donc les phénomènes de méditations collectives, de prières de groupes, etc. il semble raisonnable et plus aisé de mener ses activités de groupe surtout quand on poursuit le même objectif. 

Ces regroupements dans bien de cas se définissent sous les formats religieux. La question pourrait se poser s’il est possible de mêler la religion à la spiritualité, la réponse serait que la meilleure forme de spiritualité, c’est celle qui laisse chaque personne choisir le modèle qui lui semble juste et approprié.
Le cheminement vers soi

Pour faire le chemin spirituel, on peut décider de se référer aux traditions et pratiques de la communauté de laquelle l’on est issue ou alors décider de n’écouter que son for intérieur. En choisissant la deuxième méthode, l’on s’engage sur l’une des voies les plus pures de la pratique de la spiritualité : l’écoute de soi.

Selon moi, se baser sur les fondations de nos traditions pour en prendre le meilleur et s’écouter relève du choix le plus en accord. Car même si certaines traditions nous montrent qu’elles ne sont pas toujours justes, ni d’actualités, certains enseignements relèvent de l’intemporel et ils sont des très bonnes bases pour se construire.

Si je prends l’exemple du Tantra, qui dans ses grandes lignes est une philosophie avec un principe de non-dualité, je peux développer cette compréhension à l’intérieur de moi sans pour autant pratiquer des exercices de Tantra, tous les jours de ma vie.

Je peux en faire de même avec les religions, la Bible selon moi est un magnifique récit d’amour et de compassion, mais il y a aussi des parties qui me conviennent le moins, surtout celles qui décrivent certains peuples comme des peuples différents.

L’apprentissage

Il est impossible de parler de spiritualité et d’exclure l’apprentissage. Celui ou celle qui évoluent sur le chemin spirituel se doivent d’apprendre, de se cultiver, afin de connaître un maximum des autres. Ce n’est que de cette façon qu’on peut s’assurer de grandir effectivement, par le partage, par l’apprentissage, par l’acceptation. Le chemin spirituel est donc un perpétuel apprentissage. Nul ne peut s’y aventurer s’il ne ressent la soif de la connaissance et ne possède l’amour de l’apprentissage.

Le chemin de la spiritualité demande aussi d’accepter le chemin de l’autodécouverte de soi qui n’est pas toujours le chemin le plus facile, car il est difficile au début de voir qui on est et ce que l’on a fait ou pas. Cela demande du courage que d’oser affronter les parties de nous pour lesquelles nous ressentons de la honte ou de la culpabilité.

La spiritualité, singulier ou pluriel ?

Pluriel bien évidemment. Chacun et chacune ont évolué à différents endroits du globe à diverses époques et avaient tous un lien avec le divin. On ne peut donc pas clamer qu’il existe une spiritualité unique dans laquelle tous et toutes devraient se confiner.

Les qualités que doit développer un pratiquant de la spiritualité

En tant que pèlerin ou pèlerine sur le chemin spirituel, tu dois veiller à ne pas devenir un tyran dans tes croyances et chercher à les imposer aux autres. Tu dois être juste, respectueux.se et bienveillant. e.

L’honnêteté

On ne peut pas faire un chemin spirituel et se mentir. L’honnêteté est de mise. Il faut accepter qui l’on est et le faire savoir aux autres. Il est important de rester soi-même afin de pouvoir s’ouvrir au monde spirituel. Les idées reçues selon lesquelles telles coiffures ou dispositions permettaient de plus vite atteindre le divin sont erronées. Ce n’est pas l’habit qui fait la personne, mais bien l’inverse.

Le contrôle de soi

Le chemin spirituel exige un grand respect de la nature, des choses et des gens. En quelque sorte, le chemin vers l’Esprit nous demande de respecter le vivant et la vie. En choisissant cette voie, tu dois être sûr d’apprendre à te contrôler, à ne pas entraver la liberté d’autrui à cause de tes propres croyances.

La transparence

Cela peut sembler superfétatoire, mais il est important d’être transparent. e sur le chemin spirituel. Transparent. e vis-à-vis des épreuves que nous vivons, vis-à-vis de nos choix, etc. c’est un caractère qui marche de pair avec l’honnêteté. La spiritualité est une voie libre, tu peux donc aisément faire tes choix sans craindre de te faire juger.

Choisir d’avancer sur la voie spirituelle est une décision aussi simple qu’importante. Elle t’emmène à sortir de tes sentiers battus et à embrasser un monde jusque-là inconnu. Il faut beaucoup de courage, de persévérance, et d’abnégation pour en faire une expérience agréable au quotidien.

As-tu aimé cette vidéo ? N’hésite pas à me le faire savoir en commentant ci-dessous. 

Si tu aimes ce que je propose et souhaite cheminer vers ta spiritualité unique, je t’invite à découvrir la formation Accompagnante du Féminin, que tu peux choisir de faire pour ton développement personnel et spirituel et aussi, pour plus tard accompagner d’autres personnes ou développer ton projet unique. 

Découvre mon travail en t’inscrivant au cours offert Prêtresse de l’amour

Je t’embrasse,

Jessica 

PS : Il reste 9 places pour recevoir le bonus des 50 premières à rejoindre la formation Accompagnante du Féminin. Ce bonus te permet de recevoir une spécialisation en plus de celle, inclus dans la formation. 

2 réponses

  1. Bonsoir Jessica..
    Oui vaste programme que celui de la spiritualité…ce que tu développe est très intéressant et j’y adhère complètement..Je penses qu’il faut faire tout de même une différence entre la spiritualité,et la religion, même si quelque part, enfin pour moi, les deux sont très ressemblant.. Je suis de plus en plus spirituelle…tournée vers la nature, l’essentiel.,le partage, l’aide à mes semblables…. l’Amour quoi !! 💖💖Je me sens depuis peu aussi très bien au sein de la basilique de ma ville où je suis en totale union avec les personnes au moment de la prière… Ça rassemble, cela fait du bien.. Je me sens tellement sereine et remercie le Seigneur de tout le bonheur que je ressens en ce moment….. Bonne soirée Jessica..
    Au plaisir de te lire.

    1. Bonsoir Nathalie,
      Merci pour ton message.
      Les religions sont selon moi, une sorte de spiritualité, exprimée en groupe.
      Je trouve aussi que les moments de prière dans toutes les religions sont d’une puissance et d’une beauté.
      Heureuse de lire ta sérénité.
      Je t’embrasse,
      Jessica.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *