Honorer le féminin sacré

Souvent quand on entend parler du féminin sacré et d’honorer le féminin sacré, on pense que l’on doit se rendre dans des temples, qu’on doit porter des habits de prêtresse et faire des offrandes.

On entend aussi parler des cercles de femmes, des tentes rouges où l’on peut participer pour célébrer le féminin sacré.

Alors, oui on peut faire tout cela et c’est très chouette, c’est un moment sacré très précieux.

Mais, tu peux, aussi, le faire de manière beaucoup plus simple, en honorant ton corps, en prenant soin de toi, en t’occupant de toi, en portant de belles parures.
Des parures qui sont belles pour toi, bien entendu.

En étant, tout simplement à ton écoute, celle de tes ressentis, de tes émotions, de tes sensations

C’est tout cela honorer le féminin sacré, car le féminin est en toi et tu es sacrée !

Honorer le féminin sacré : qu’est-ce que c’est en réalité ?

Aujourd’hui, il y a un engouement grandissant pour le féminin sacré et de nombreuses femmes s’y intéressent dans le but d’atteindre leurs épanouissements.

Et je trouve cela extraordinaire !

Pour autant que sur ce chemin, tu ne perdes pas dans des chimères.

Nous lisons, entendons de merveilleux mythes et légendes sur le féminin sacré auxquels il peut t’être difficile de t’identifier dans la réalité de la vie quotidienne et ainsi induire un sentiment de culpabilité, d’infériorité ou de non-appartenance.
Découvre mon article « Démystifier le féminin sacré »  pour comprendre l’impact de ces légendes sur la construction de ton identité.

Comme je te l’écris plus haut, honorer le féminin sacré c’est t’honorer toi-même !

C’est avant tout un rendez-vous avec toi, développer une relation privilégiée d’amour et d’écoute de toi à toi.
Prendre le temps d’amener ta conscience dans les cycles que tu vis, respecter tes émotions, tes ressentis, tes limites et ton espace et ainsi t’assumer pleinement pour une vie épanouie.

Il suffit de choisir de faire le pont entre l’humain et les énergies divines.

Être une femme sacrée n’exige pas de de style vestimentaire ou de style de vie spéciale, mais simplement d’être au service de l’amour, de le ressentir et de l’implémenter dans ton quotidien dans tout ce que tu fais, vis, vois.

Tu as la capacité comme chacune d’entre nous de te connecter à ta source illimitée d’amour, de pouvoir t’en nourrir et de le rayonner autour de toi.

Nous avons toutes en nous une prêtresse de l’amour qui peut œuvrer en toute simplicité au quotidien !

Honorer le féminin sacré : ton corps est ton temple.

Le féminin sacré est en toi, il est là dans ton corps.

Et au plus tu vas pouvoir l’honorer, c’est-à-dire le respecter, le mettre en avant.
Quand on honore quelque chose, on le met en avant, on le met un peu plus haut que d’autre chose, sur un piédestal.

On peut honorer plein de choses : la vie, son corps, les personnes que l’on aime, les animaux, la planète.

Tout cela est du féminin sacré.

Mais la première piste, le premier élément à honorer, c’est nous, car il est en nous ce féminin. C’est notre corps, nos rêves, nos désirs, notre sexualité, nos aspirations.

Au fond de chaque personne, il y a un être généreux.

Il est là à l’intérieur de tout être humain, même de ceux qui nous ont agressé. es.
Bien souvent, et ceci sans excuser leurs actes, ces personnes ont été tellement blessées probablement, que finalement elles cachent cette partie car elles en ont peur.

Dans chacun, chacune de nous, il y a cette part altruiste qui dès qu’elle est alignée, a envie de donner, de partager, de contribuer à un monde meilleur.

Alors si tu veux célébrer le féminin sacré, honore-toi !

Honorer le féminin sacré : comment faire des pratiques simples au quotidien ?

Pour te célébrer au quotidien, il y a une infinie possibilité de gestes faciles et accessibles à toutes.

Par exemple, prendre des bains qui te font du bien, lire de bons bouquins qui te font plaisir, être avec des personnes que tu aimes, apprendre à te mettre en sécurité, à te sentir en sécurité.

Apprends à célébrer ton corps, à le respecter et petit à petit tu vas sentir que tu honores de plus en plus ce temple que tu es.

Tu es un temple, ton corps est un temple !

C’est lui qui te permet de te matérialiser.

Tu peux commencer par quelque chose de vraiment très simple comme boire un verre d’eau le matin en te levant, que ce soit ton premier aliment.

Un verre d’eau tous les jours.

Et puis plus tard, quand cette routine sera bien installée et que tu la savoures, tu peux ajouter ce qui te fait plaisir, par exemple une musique, chanter ou danser.

Simplement te laisser porter par l’envie qui est là chaque matin, en mettant ta musique préférée, prendre plaisir à l’écouter en buvant ton verre d’eau, et si tu as envie de danser, tu danses, si tu as envie de chanter, tu chantes.

Voilà comment je démarre ma journée, en célébrant la vie avec l’eau, avec une musique que j’aime.

Chacun de tes actes aussi simples et banals puissent-ils te paraître peuvent être des rituels, car ce qui compte c’est l’intention et la conscience que tu y amènes.

C’est ton intention qui rend chaque geste sacré, elle te rappelle pourquoi tu fais ce que tu fais, elle est ton étoile qui te permet de te sentir alignée et te ramène à l’essentiel.

Et tu verras que de petite habitude en petite habitude, tu pourras t’honorer de plus en plus facilement.

Peut-être même que tu auras l’envie de mettre en place d’autres espaces pour te faire honneur davantage comme, par exemple, en pratiquant le sauna de la Yoni ou l’œuf de Jade

Quoiqu’il en soit, garde ceci en mémoire, il n’est pas nécessaire de mettre des habits de prêtresse et de rentrer dans des temples ou de faire de grandes choses pour vénérer le féminin sacré.

Essaie juste de t’honorer, toi.

C’est le travail que je propose dans le premier semestre de la formation Accompagnante, car pour guider d’autres femmes dans l’épanouissement et l’amour d’elles-mêmes, il est nécessaire de commencer par soi.

As-tu aimé cet article ?

Fais-le-moi savoir en commentaire.

Je t’embrasse,

Jessica.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *